Aidez-nous,
parlez du site autour de vous :
|

Témoignage - Jean, Janvier 2012

L’hospitalisation de Jean, petit garçon malgache de 8 ans


 


Jean, un petit garçon de 8 ans hospitalisé à l’Hôpital Universitaire d’Antananarivo, est atteint d’une Leucémie Aigue Myéloïde (LAM) provoquant d’insupportables douleurs à l’œil gauche. Sa main est constamment pressée sur son œil et Jean gémit sans cesse de douleur. Cette douleur enferme le jeune garçon qui reste inactif et refermé dans son lit d’hôpital, sans bouger ni communiquer avec ses proches ou l’équipe soignante.

 

Le médecin malgache qui suit Jean et participe aux actions de formation continue organisées par Douleurs Sans Frontières au sein de l’hôpital lui a prescrit de la morphine ; dès lors, Jean a retrouvé sa mobilité et reprit une partie de sa vie de petit garçon : il joue dans les couloirs de l’hôpital et discute avec ses camarades de chambre.

Quelques semaines après, l’évolution tumorale est telle que la douleur de Jean prend de l’ampleur et le rend insomniaque. L’adaptation de sa dose de morphine est indispensable. Un médecin de Douleurs Sans Frontières alors en mission de formation accompagne les visites au lit des patients avec les équipes malgaches et conseille le médecin de l’hôpital responsable du suivi du petit garçon. Le médecin peut alors échanger sur la prise en charge de son patient, faire part de ses craintes et ses questions relatives à l’adaptation du traitement antalgique de Jean. La situation de Jean est discutée en équipe, son traitement est adapté et sa douleur maitrisée. Ainsi, l’équipe malgache a pu discuter avec Jean, avec ses parents et ces derniers ont décidé de retourner au village avant la prochaine hospitalisation. Avec la morphine que Jean continue à prendre, il ne ressent pas la douleur. Il continue d’être actif et entouré de ses proches, il peut alors attendre sereinement sa prochaine hospitalisation.

 

La prise en charge de la douleur en pédiatrie est méconnue à Madagascar et correspond à une demande importante des professionnels de santé, souvent impuissants face à la douleur des enfants, à leurs souffrances et celle de leurs familles. Dans ce sens, les dispositifs de formation continue animés par des professionnels de Douleurs Sans Frontières permettent de donner aux équipes soignantes les connaissances nécessaires visant à améliorer la qualité de vie des enfants, de leurs familles avec les moyens, souvent limités, disponibles au sein des hôpitaux malgaches.

 

Témoignage recueilli par Tiana de Douleurs Sans Frontières, Responsable du projet d’appui et formation à la prise en charge de la douleur développé à l’Hôpital Universitaire d’Antananarivo, Madagascar.  

Une question, une remarque, un commentaire ?


Nom :  
Email :