Aidez-nous,
parlez du site autour de vous :
|

Témoignage - Zafy, Janvier 2012

 

Le parcours de Zafy, mère de famille

 


Zafy, 49 ans est mère de 3 enfants ; elle vient de Tamatave pour une prise en charge au CHU d’Antananarivo où Douleurs Sans Frontières développe un programme de formation de prise en charge de la douleur. Mme Zafy souffre d’une tumeur du sein et est admise à l’hôpital pour un traitement en chimiothérapie. Elle ressent des douleurs très fortes au niveau de son sein et de son bras qui l’empêchent de dormir et la fatiguent profondément. Le médecin de l’hôpital, partenaire de Douleurs Sans Frontières, lui prescrit de la morphine à libération prolongée qui la soulage véritablement, lui permettant ainsi de retrouver le sommeil, de penser à son traitement, à sa vie future, à ses enfants.

 

L’étape de son traitement terminée et sa douleur soulagée, Zafy est repartie à Tamatave pour préparer la rentrée scolaire de ses enfants, au grand soulagement de ces derniers.

 

Il y a une semaine, Zafy est revenue à l’hôpital pour la poursuite de son traitement ; d’intenses maux de tête demandent alors à ce que son traitement soit adapté. Zafy est prise en charge par l’équipe soignante de l’hôpital ; au delà du traitement en chimiothérapie, les douleurs de Zafy sont soulagées afin qu’elle puisse retourner chez elle, auprès de ses enfants, dans les meilleurs conditions.

Enfin soulagée, Zafy prépare activement son retour à Tamatave afin de passer les fêtes de Noël et du Nouvel An auprès de sa famille. Elle n’a même pas l’air de redouter les 8 heures de route jusqu’à chez elle ; les antalgiques prescrits par le médecin lui permettront d’être en famille et de vivre normalement en attendant sa prochaine hospitalisation.

 

Le programme de formation mis en œuvre par Douleurs Sans Frontières au sein de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), entre autre avec le service d’oncologie, permet aux patients de retourner chez eux entre les différentes phases de traitement ; au-delà du fait de permettre aux patients et à leurs familles une qualité de vie influant positivement sur la prise en charge de leur maladie, cela permet également de libérer des places d’hospitalisation pour les patients arrivant à l’hôpital.

 

Témoignage recueilli par Tiana de Douleurs Sans Frontières, Responsable du projet d’appui et formation à la prise en charge de la douleur développé à l’Hôpital Universitaire d’Antananarivo, Madagascar.  

Une question, une remarque, un commentaire ?


Nom :  
Email :